Créer et lancer une activité d’accompagnement solide et pérenne.

Tandis que les écoles de coaching t’apprennent les compétences fondamentales de ton métier et la posture à avoir en séance avec tes clients, elles ne t’apprennent pas comment créer une activité entrepreneuriale qui tient sur le long terme.

De nombreuses coachs et thérapeutes sautent des étapes essentielles quand il s’agit de créer et lancer leur activité. Et malgré leurs talents innés et leurs compétences dans l’accompagnement et elles n’arrivent pas vivre pleinement de leur activité.

Et ça me fend le cœur de voir autant de femmes merveilleuses et talentueuses qui ont tellement de choses à offrir au monde et qui tournent encore en rond sans savoir par quoi commencer concrètement pour créer cette activité-passion qui les tient tant à cœur. 

➖ si tu es une coach, une thérapeute ou une consultante en début de carrière,

➖ si tu n’as pas encore lancé ton activité ou tu t’es lancée récemment et tu ne sais pas par quel bout prendre les choses,

➖ si tu es une femme ambitieuse qui est prête à vivre de son activité,

…cet article est pour toi ! 

Les erreurs les plus courantes des coachs en début de carrière

(qui coûtent du temps, de l’argent et qui ralentissent ton évolution).

Erreur n°1 : Construire ton activité en te concentrant sur les feuilles d’abord au lieu de te concentrer sur les racines.

➡️ Les racines sont les fondations, le cœur même de votre activité qui font que votre business peut grandir et rester debout sur le long terme (ton public, ton offre, ta communication et ton système de vente)

➡️ Les feuilles sont la partie visible de ton activité sur laquelle tout le monde a tendance à se concentrer au début mais qui s’avère contre-productive : les cartes de visite, le site internet, l’identité visuelle, le logo.

Quand les fondations ne sont pas en place, cela n’a aucun sens de se préoccuper de la partie visible de l’iceberg. Ton site, ton logo, ton identité visuelle vont être construits en fonction de ces fondations et non pas l’inverse.

Erreur n°2 : Lancer plusieurs offres à la fois sur différents sujets :

Avoir plusieurs offres qui s’adressent à des public cibles différents (ou pas) c’est possible.

Mais faire ça au tout début de ton activité est contre-productif pour plusieurs raisons :

👉 Tu ne maîtrises pas encore au moins l’une de tes offres :

Tu ne l’as jamais encore vendue, testée sur le terrain avec des vrais clients et tu ne maîtrises pas encore le processus de vente pour une seule offre.

👉 En termes de communication cela implique plusieurs choses: 

  • pour les offres complémentaires (qui s’adressent au même public cible mais  traitent de différentes problématiques qui concernent ce public) ➟ le challenge est de trouver le fil rouge entre toutes ces offres pour que ta communication soit cohérente.
  • pour les offres qui s’adressent à des public cibles et des problématiques différentes ➟ le challenge est d’apprendre à communiquer d’une façon qui intéresse tous ces public cibles à la fois au risque de perdre certains sur la route…

👉 Faire connaître 2 ou plusieurs offres différentes quand tu n’as jamais encore rien vendu, cela prend plus de temps et d’efforts « marketing ».

Note: en téléchargeant le guide tu es automatiquement ajoutée à ma liste mailing. Tu peux à tout moment te désabonner. Je n’aime pas les spams et je ne t’enverrai jamais du contenu inapproprié.

Erreur n°3 : Mettre en place des stratégies business avancées.

Tu as peut être suivi des formations « business » pour apprendre à te faire connaître et trouver des clients.

Et tu as entendu parler de ces stratégies ➡️ proposer des « cadeaux gratuits », envoyer des articles invités et des newsletters, utiliser Pinterest, mettre en place des tunnels de vente, apprendre le copywriting et le référencement naturel, faire la publicité payante…

Ces actions fonctionnent uniquement si tes fondations sont en place, car une stratégie permet de faire grandir ce qui est déjà là.

Or quand tu n’as pas de clarté sur ce que tu as envie réellement de faire, quelle offre tu as envie de proposer, ton message etc. cela ne sert à rien de présenter du flou devant plus de personnes.

C’est comme si un développeur informatique voulait mettre en ligne le visuel de son site alors que derrière, la structure même du site (avec les lignes de code) n’est pas du tout travaillée, solide et optimisée.

Erreur n°4 : Compter uniquement sur le bouche-à-oreille.

Si le bouche-à-oreille fonctionne pour toi aujourd’hui, formidable! Cela veut dire que tes clients sont satisfaits et que tu as un réseau solide. 

Mais ça ne peut pas être ton seul canal d’acquisition de clients pour 2 raisons :

👉 cela te limite en termes d’opportunités. Grâce au pourvoir des réseaux sociaux tu ouvres la porte de ton activité à beaucoup plus de personnes.  

👉 cela te rend dépendante des autres et tu places ton pouvoir entre les mains de ton réseaux au lieu d’être proactive et créer tes propres opportunités.

Erreur n°5 : Démarrer par une formation en ligne.

On fait ce choix souvent par peur de se retrouver face à des vraies personnes et de décevoir. Par contre, il faut tenir compte de ce que ce modèle de business implique.

➡️ Vendre une formation en ligne signifie que tu ne vas pas coacher mais passer plus de temps à faire du marketing pour vendre en continu ta formation (le revenu passif est un mythe!). Cela demande des compétences poussées que tu n’as peut-être pas encore.

➡️ Cela te demande d’avoir une grosse audience pour vendre suffisamment de fois ta formation et de faire venir à toi régulièrement de nouvelles personnes via des stratégies de volume.

➡️ Pour être sure que ta formation fonctionne et tient la route tu as besoin de l’expérience dans ton domaine (et le coaching en 1 à 1 te permet de valider que ta méthode fonctionne).

➡️ Ce modèle de business te demande d’avoir des systèmes en place et de la structure pour soutenir ton business (des compétences techniques, une plateforme d’hébergement, un(e) assistante etc.)

A lire aussi : Les 3 piliers d’une offre de coaching solide


Les questions indispensables à te poser quand tu souhaites lancer ton activité.

Question 1 : Quel type d’accompagnement as-tu envie de proposer ?

➡️ Un accompagnement généraliste : tu n’as pas de sujet particulier sur lequel tu souhaites coacher. Ce sont tes clients qui viennent à toi avec leurs différentes problématiques et tu les accompagnes en fonction de ce qu’ils t’amènent en séance.

➡️ Un accompagnement ciblé et spécialisé : tu as une problématique qui te tient particulièrement à cœur et tu as envie de travailler avec un public cible spécifique.

Les 2 approches sont possibles mais elles demandent des stratégies business différentes.

Question 2 : A qui souhaites-tu adresser tes services ?

Quand on choisi un public cible il y a généralement 2 cas de figure :

  • Le coaching-mentoring : ton client idéal est une ancienne version de toi-même. Donc tu souhaites accompagner des clients sur une difficulté que tu as rencontrée par le passé et que tu as dépassé dans une certaine mesure.
  • Le coaching-consulting: Tu n’as pas rencontré cette problématique personnellement, mais cela te tient particulièrement à cœur de la résoudre et tu as les compétences nécessaires pour aider ton client.

Les 3 fausses croyances qui empêchent les coachs de choisir un public cible :

Croyance 1. « Si je ne reste généraliste je risque de ne pas avoir assez de clients et de me fermer des portes » ou « si je m’adresse à tout le monde il y a plus de chances de trouver des clients »

Pourquoi il s’agit d’une fausse croyance ?

  1. L’expertise est sexy :

Si tu veux te faire accompagner aujourd’hui dans le développement de ton activité est-ce que tu vas choisir une personne qui propose du coaching pur ou une coach qui montre son expertise dans le domaine de l’entrepreneuriat ?

On est attiré par les personnes qui ont une réelle expertise sur un sujet que par les personnes qui peuvent aider tout le monde.

  1. Tu attires l’attention de ton audience plus rapidement.

Les discours généralisent se ressemblent trop.

Tout le monde dit la même chose, utilise les même mots et expression de type : « je vous aide à devenir la meilleure version de vous-même », « je vous aide dans votre transition pro et perso », « je vous aide à rayonner de l’intérieur ».

Les gens on tellement de choix aujourd’hui qu’ils passent à côté de tout ce qui ne résonne pas avec eux à un niveau profond.

  1. Tu te démarques naturellement sur le marché.

Donc en faisant ce choix tu ne te restreins pas. Au contraire, tu augmentes tes chances de te faire connaître et trouver des clients rapidement.

Croyance 2. « Si je me spécialise je risque de m’ennuyer »

On ne choisit pas un public cible parce qu’il faut et parce que tous les coachs business te disent qu’il faut le faire. Si tu fais ce choix parce qu’il faut tu démarres du mauvais pied.

👉 Si tu as choisi ton public cible par réelle passion, la question de l’ennui ne se pose pas. L’ennui peut intervenir à un moment donné mais d’ici là, tu auras déjà accompagné plusieurs personnes et tu auras de l’expérience dans ton domaine.

👉 Tu ne fais pas ce choix à vie. Tu pourras toujours pivoter dans ton activité ou changer complètement de public cible et d’offre.

Croyance 3. « Si je me spécialise je ne fais plus du « vrai » coaching »

En réalité, le coaching est une compétence qui nous permet d’accompagner une personne d’un point A à un point B.

Mais à cette compétence on peut ajouter d’autres compétences ciblées pour rendre ce travail encore plus puissant.

Peu importe la problématique sur laquelle tu souhaites te concentrer, tu vas continuer à coacher un point de douleur vers une situation désirée. Sauf que cela sera dans un contexte spécifique: celui de ta thématique ou du public cible choisi.

Question 3: Quel est le modèle d’affaire que tu choisis pour ton activité ? 

Le choix de ton modèle d’affaires est important et souvent les gens font ce choix par défaut sans penser aux différentes implications en termes de travail, communication, vente etc.

Il y a 2 principales modèles d’affaires: 

1. L’accompagnement d’un grand nombre de clients sur des courtes durées, pour des prix bas (60 – 100€/h).

Dans ce cas on a 2 types d’offres :

  • Les séances à l’unité (le « one shot »).
  • Le pack de séances ou les forfaits (plusieurs séances à un prix plus avantageux que si la personne achetait des séances une par une).

A lire aussi : Les désavantages de la facturation à l’heure dans le coaching professionnel

2. L’accompagnement d’un nombre restreint de clients mais qui implique un travail plus profond, complet sur le moyen – long terme pour des prix un peu plus élevés que la facturation à l’heure.

Les offres transformationnelles ou à forte valeur ajoutée qui sont ciblées sur une problématique spécifique et qui, grâce à une méthode/ un processus, le client est mené d’un point A à un point B.

Ces accompagnements peuvent être en individuel (donc du 1 à 1), en groupe ou des accompagnements hybrides.

A lire aussi : 

👉 Les 3 piliers d’une offre de coaching solide.

👉 5 raisons pour lesquelles tous les coachs devraient avoir une offre d’accompagnement signature.

Ajouter un commentaire